Numismatique :

le fameux denier melgorien

Durant les XIIe et XIIIe siècles, de nombreuses monnaies ont circulé dans la région du Languedoc. Parmi ces monnaies se trouve le très connu denier melgorien, qui porte son nom car il était frappé dans la ville même de Melgueil, ancien nom de la ville de ... Mauguio ! Il était donc créé ici même. Le connaissez-vous ? Connaissez-vous le processus de la création de la monnaie au Moyen-Âge ? Et savez-vous quelle importance pouvait avoir ce denier melgorien au sein de la région ? Découvrez le maintenant !

L'hôtel des monnaies de Mauguio 

En vous baladant dans les rues de Mauguio, vous êtes surement déjà passés dans la rue de la Monnaie. Mais savez-vous pourquoi elle porte ce nom ? C'est parce que dans cette rue, il y a plusieurs centaines d'années, se trouvait l'Hôtel des Monnaies de comtes de Melgueil. Il n'existe plus depuis de nombreuses années, le bâtiment portant les derniers vestiges de sa présence ayant été détruit en 1973. Son importance pendant le Moyen-Âge fut capitale !

 

Durant le VIIIe siècle, les Carolingiens décident de réguler la fabrication de la monnaie et seuls quelques ateliers sont autorisés par le pouvoir royal à frapper de la monnaie. Peu à peu, les comtes, auparavant soumis aux Carolingiens, car ils étaient nommés par les rois, prennent plus d'indépendance. Parmi eux, le comte de Melgueil décide de fabriquer au sein de son comté, sa propre monnaie qui est ainsi frappée dans l'Hôtel de Monnaie de la ville. Au cours du Xe siècle, plus précisément entre 949 et 963, le denier melgorien apparait, faisant de cette monnaie seigneuriale l'une des plus anciennes de la région du Bas Languedoc ! 

Que se passait-il dans cet hôtel des monnaies ? La monnaie des comtes y est frappée, selon un processus bien précis et surtout bien régulé, qui ne peut pas être réalisé par n'importe qui, ni n'importe où. Ces ateliers étaient régulés et contrôlés par les seigneurs, afin de limiter la fraude monétaire. 

 

Nous vous laissons découvrir le processus de la frappe de monnaie à travers cette vidéo, qui vous explique en quelques minutes comment est fabriqué le denier melgorien au Moyen Âge !

 

Cette vidéo présente comment on frappait la monnaie à l'époque médiévale. Elle a été réalisée en partenariat avec l'association des Chevaliers de l'Ordre des 4 Vents

Chevaliers de l'Ordre des 4 Vents

Ainsi, après avoir été frappé, voilà à quoi ressemble le fameux denier melgorien :

Denier melgorien,  avers et revers, fac-similé, © Ville de Mauguio Carnon

 
De drôles d'inscriptions

Que représentent tous les symboles que nous pouvons observer sur cette pièce ? 

Sur l'avers, la croix est un héritage des lointains deniers carolingiens, dits deniers de Charlemagne, qui portaient une croix entourée d'une légende, qui symbolisait l'Église chrétienne à laquelle le pouvoir royal était lié, et renvoyait ainsi dans le même temps à l'autorité de celui-ci. Cette croix est restée sur une très grande partie des monnaies seigneuriales qui sont apparues par la suite, pour signifier leur filiation à cet ancien système monétaire, et il n'est donc pas surprenant de la retrouver sur notre denier melgorien. Peu à peu cette croix s'est modifiée pour que les monnaies ne soient plus confondues entre elles, et ainsi nous arrivons à cette étrange forme, qui ressemble à une croix fortement pattée, mais certains historiens y voient une fasce (une barre verticale utilisée en héraldique) deux étendards ou pennons sur les côtés, symbole d'autorité comtale. Tout autour se trouve une inscription compliquée à lire pour nous : REMVNDS pour Ramundus qui vient du prénom Raymond. Là aussi, cette légende est empruntée à une autre monnaie de la région, qui est le denier du vicomte Raymond de Narbonne. Progressivement , tout comme la croix, elle a évolué pour donner ces inscriptions, presque illisibles si l'on ne s'y connaît pas ! 

Sur le revers on trouve quatre anneaux, qui représentent l'empreinte oddonique, dérivant du monogramme ODDO. Ce monogramme est lui trouvé sur les monnaies frappées par Eudes ou Odon, roi des Francs de 888 à 893. Suite à une lente évolution, le monogramme a « dégénéré » pour donner ces quatre petits anneaux ou annelets. Cette marque est également présente sur d'autres monnaies comtales. Si certains décident de l'abandonner, les comtes de Melgueil ne l'ont jamais fait et ainsi le denier melgorien a gardé ce symbole jusqu'à sa disparition !

Tout autour, comme sur l'avers, on observe une inscription peu lisible de prime abord. Celle-ci représente le mot NAIDONA, qui vient de la déformation progressive de Narbona. Pourquoi frapper le nom d'une autre ville sur le denier des comtes de Melgueil ? À l'époque de l'apparition du denier melgorien, l'atelier monétaire de Narbonne est très important et très prestigieux dans la région. Apposer la même marque que cet atelier permet aux comtes de Melgueil de montrer que leur monnaie est aussi fiable que celle fabriquée dans l'atelier de Narbonne. Puis, au fil du temps, la légende a continué d'être apposée mais s'est déformée.

 

Ces inscriptions nous montrent une chose : lorsque les seigneurs décident de frapper leur propre monnaie, ils imitent souvent des types de monnaies existantes, pour ne pas rompre de manière trop radicale avec le système monétaire préexistant. Ils reprennent donc des motifs et des légendes plus anciens. Au fil des décennies, les pièces et les matrices s'abîment, et finalement les graveurs ont du mal à comprendre les motifs perpétrés, qui ainsi se perdent ou se déforment : on parle de dégénérescence. On observe ce phénomène tout au long des XIe et XIIe siècles. Et c'est ce phénomène qui finalement aboutit à toutes ces inscriptions qui font que l'on pouvait reconnaître le denier melgorien parmi toutes les autres monnaies qui existaient à cette époque ! 

 
Le succès du denier melgorien 

Le denier melgorien, permet d'assurer une certaine richesse aux comtes de Melgueil car avoir sa propre monnaie et la produire au sein même de la ville permet potentiellement de s'enrichir : lorsque l'on frappe de la monnaie, on utilise un alliage qui contient un métal précieux, comme de l'argent pour le denier, mais aussi d'autres métaux, comme le cuivre ou le zinc. Ainsi, il y a une différence entre la valeur réelle de la pièce et sa valeur faciale, c'est-à-dire lorsqu'on l'utilise, et c'est cette différence qui permet de rapporter de l'argent aux comtes. C'est ce que l'on appelle le « seigneuriage ». 

Le denier melgorien est une pièce très légère et elle contient peu d'argent. Une pièce pèse environ 1,5g (ce qui est la norme pour tous les deniers à cette époque) et contient environ 0,5g d'argent, le reste étant en alliage d'autres métaux, ce qui est peu. Son faible poids en argent et donc sa faible valeur, en font une monnaie très pratique pour les petits achats de la vie courante, et c'est en partie ce qui fait le succès de ce denier dans la région. Cette faible teneur en argent permet aussi au denier de maintenir sa valeur dans le temps : son poids reste inchangé durant près d'un siècle. Et même lors de cas de dévaluation de la monnaie comme entre 1115 et 1130, en raison de sa valeur déjà faible, il n'est pas autant dévalué que les autres monnaies. Lors de la dévaluation de la monnaie, on réduit la quantité d'argent contenue dans l'alliage, le denier étant déjà faible en argent, elle ne réduit que très peu contrairement aux autres monnaies. Après cela, sa valeur et son poids en argent resteront relativement stables jusqu'à la disparition de la monnaie. 

Frapper sa propre monnaie assure également une certaine autorité. Plus la monnaie est diffusée, plus l'influence de son émetteur est importante. Le denier melgorien va rapidement conquérir toute la vaste région du Bas Languedoc, sans y être toutefois la seule monnaie en circulation. Dans la région, il existe de nombreux autres ateliers monétaires actifs en même temps que celui des comtes de Melgueil et donc de nombreuses monnaies cohabitent. Face à la popularité du denier melgorien, elles sont rapidement cantonnées aux limites des cités qui les frappent. Si bien qu'à la fin du XIIe siècle, on peut considérer le denier melgorien comme une monnaie régionale.

 

Le denier n'est pas la seule monnaie à circuler dans la région. Mais contrairement aux autres, comme par exemple le denier toulza frappé à Toulouse, l'aire géographique de son utilisation est grandement étendue, ne se limitant pas aux seuls alentours de la ville de Melgueil, comme vous pouvez le constater sur cette carte. Les autres monnaies n'ont pas une aire d'influence aussi étendue que celle du denier melgorien. Certaines sont même utilisées uniquement au sein des villes où elles sont frappées.

La popularité du denier melgorien n'est plus à faire. On le retrouve partout, il est même la monnaie dont on se sert dans les contrats. On dit même que cette monnaie aurait été utilisée, avec d'autres, pour payer la rançon de Louis IX, dit Saint Louis, fait prisonnier à Tunis lors de la Septième Croisade en 1250 ! 

On sait ainsi que l'utilisation du denier melgorien se répand partout dans la région et même au-delà de celle-ci puisqu'on la retrouve parfois dans des contrats émis vers Marseille mais aussi dans la région de Barcelone. 

À partir de 1125, le denier melgorien n'est plus seulement associé aux comtes de Melgueil, puisque les Guilhem de Montpellier, et en particulier Guilhem VI, décident de l'adopter comme monnaie pour la puissante ville de Montpellier, lui donnant alors une nouvelle importance. 

En 1215, le pape décide que le monnayage et donc le contrôle de la monnaie revient aux évêques de Maguelone, qui portent depuis 1211 le titre des comtes de Melgueil . 

Même avec tous ces changements, le denier lui reste inchangé ! La croix sera même reprise dans les sceaux des comtes évêques de Melgueil. 

Le denier melgorien connaît donc un grand succès, que ce soit au niveau géographique mais aussi au niveau temporel, car l'Hôtel des monnaies de Melgueil continue de fonctionner jusqu'en 1356, et le denier reste l'unique monnaie de la puissante ville de Montpellier jusqu'aux dernières années du XIIIe siècle, époque durant laquelle la monnaie royale tend à supplanter les monnaies locales et comtales. Dès 1262, le roi prend des mesures pour que le monopole de la frappe de monnaie revienne au pouvoir royal. Il interdit la création de nouveaux ateliers et les monnaies seigneuriales, comme le denier melgorien ne peuvent avoir cours que sur les terres des évêques de Maguelone. En 1300, le roi décide de faire frapper la monnaie royale, qui se nomme le tournois, à Montpellier : le denier melgorien n'est donc plus la monnaie principale de la ville et il va petit à petit disparaître des transactions. Nous savons que la dernière transaction exprimée en deniers melgoriens date de 1366. Avec l'arrêt de la frappe et la mise en place de la monnaie royale, il perd une très grande partie de sa valeur, les pièces sont donc utilisées pour faire de petits achats avant de complètement disparaître de la circulation vers la fin du XIVe siècle. 

Grille Denier Mauguio

Le denier melgorien, aujourd'hui symbole de la ville de Mauguio, est un héritage omniprésent autour de vous. Si vous avez déjà visité le château, l'aspect de ce denier ne vous est pas inconnu, puisque la magnifique grille en acier corten (un acier à l'aspect rouillé mais très résistant) présente dans le jardin, en porte les motifs. 

© Association Acanthe

 
Tutoriel pour les enfants

Fabrique ta propre bourse pour, toi aussi, transporter tes deniers comme au Moyen-Âge ! Tu peux télécharger le guide pratique en cliquant ici